skip to Main Content

SORTILÈGES ENFANTINS

AVANT PROPOS

Appelés par les fracas telluriques des rondes et des valses terrestres, des êtres de matières extraordinaires,
enfants vaudous provenants d’un éther de bacchanales sauvages, apparaissent, comme invoqués
pour aviver les flammes de la liesse.

Aux sons mats des tambours tonnants, ces sorciers et sorcières s’exhument de la substance pour rejoindre
le royaume des vivant.e.s. Gardien·nes terribles de la joie partagée,
elles·ils ne permettent aucun échec
dans la quête d’abandon, étouffent les peurs et les faiblesses, commandent à la félicité.

Chacun.e de ces mages porte en elle et en lui une douce injonction en forme de sort dont aucun.e
ne pourra se soustraire.

SORTILÈGES ENFANTINS – 01

Le premier sort est celui du serpent sans début ni fin. Il glisse dans la matière et l’air, et veut que le vent seul agite les chairs. Pour ce faire, il embrume l’esprit par des vapeurs éphémères qui avalent la tête toute entière. Le corps redevient seul maître de son univers.

Aux danseur.se.s il chuchote : 

Membres ondoyants
Yeux fermés, tête en arrière
crie, ri, joui, vole

SORTILÈGES ENFANTINS – 02

Lumière colorée des limbes sans fond, phare miroitant dans l’obscurité, la tête sorcière revêt ses plus belles iris, ses cils les plus longs et sa bouche la plus rieuse et carnassière, elle invite à la grâce, ordonne qu’elle soit maîtresse dans la nuit, impose à tous d’être resplendissant.es.
Aux danseur.ses elle chuchote : 

“ Poussières fragments,
Être des gravats stellaires,
Sublime et tonnerre

SORTILÈGES ENFANTINS – 03

Gorgés de joie libre et sans bornes, les vivant.e.s dansent, et leur propre superbe les étonne. Magnifiques dès la naissance, rendus sublimes par la tête sorcière, ils s’extasient d’eux-mêmes, mais n’osent pas se le dire. Pour dissoudre les timidités et les peurs, la langue enroulée et le hérisson tâché ensorcellent doucement, et aux danseur.se.s, iels chuchotent : 

“ Mutique adroit cesse
ouvre les coeurs et les âmes
tendresses écloses “

SORTILÈGES ENFANTINS – 04

Pour s’assurer que demain n’existe plus et que seul subsiste l’instant, le sorcier parchemin s’enroule pour enfermer les mots, les étouffer jusqu’au lever du jour.
Aux danseur.se.s iel chuchote : 

Sup erca lifra
gili  sticex pidéli
licieux cadabra

SORTILÈGES ENFANTINS – 05

Le soleil frappe toujours trop tôt le front des vivant.e.s pour rappeler les ordres du jour. Le mage aveugle, lui, ne sait plus quand s’abat la nuit ou quand elle s’enfuit. Ses yeux crevés le laissent dans un noir apaisé où il est seul à décider de sa présence. Il veut offrir aux vivant.e.s un peu de cette liberté, sans envers ni endroit, un cercle vertueux où les fraîcheurs nocturnes se mélangent aux douceurs de la journée.
Aux danseur.se.s il chuchote : 

“ Tourniquet fou digne,
Emboîte le pas le vide
Néant fabuleux “

SORTILÈGES ENFANTINS – 06

Afin que la transe ne se tarisse jamais, le tourbillon violet et la limace boisée, alchimistes du feu sans trêve, veulent consumer les fatigues et faire jaillir une force infinie aux vivant.e.s.
Aux danseur.se.s iels chuchotent : 

“ Agités brûlés
Dehors les mêlées s’enchainent
Éclairs feux dedans “

SORTILÈGES ENFANTINS – 07

Le soleil frappe toujours trop tôt le front des vivant.e.s pour rappeler les ordres du jour. Le mage aveugle, lui, ne sait plus quand s’abat la nuit ou quand elle s’enfuit. Ses yeux crevés le laissent dans un noir apaisé où il est seul à décider de sa présence. Il veut offrir aux vivant.e.s un peu de cette liberté, sans envers ni endroit, un cercle vertueux où les fraîcheurs nocturnes se mélangent aux douceurs de la journée.
Aux danseur.se.s il chuchote : 

“ Tourniquet fou digne,
Emboîte le pas le vide
Néant fabuleux “

Photographies par Ex Luisa
Artwork et écrit Androgyne

Back To Top